Courrier n°22 du 23 janvier 2015. Patrimoine photographique, une année 2014 sans avancée notoire.

Chers amis et adhérents,

L’APFP vous présente ses meilleurs vœux pour 2015.

Compte-rendu de la conférence de presse annuelle à Arles.

L’APFP a tenu sa conférence de presse le jeudi 10 juillet 2014, dans la Cour de L’Archevêché, lors des Rencontres de la Photographie, à Arles en présence de Françoise Denoyelle, historienne de la photographie – Présidente – ; de Jean-Claude Lemagny, conservateur honoraire à la Bibliothèque nationale de France – Membre du conseil d’administration – ; de Bernard Perrine, photographe, journaliste et correspondant de l’Académie des Beaux-Arts – Secrétaire général – ; et de Donatien Rousseau, photographe – Secrétaire général adjoint chargé des régions -.

L’association a fait le bilan de son activité annuelle. Des journalistes, des adhérents et des festivaliers étaient présents, mais cette année aucun représentant du ministère de la Culture et de la Communication ne figurait parmi l’assemblée contrairement aux années précédentes.

Réunion du comité des donateurs de l’ex Patrimoine photographique

Suite à une relance de l’AFPF, le comité des donateurs de l’ex Patrimoine photographique s’est réuni à la médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine, le lundi 8 décembre 2014, en présence, entre autres, de Daniel Barroy, chef de la mission de la Photographie (ministère de la Culture et de la Communication) ; d’Isabelle Le Mée, responsable scientifique de la Mission de la Photographie ; de Jean-Daniel Pariset, ancien directeur de la médiathèque ; de son remplaçant, Gilles Désiré dit Gosset ; de Marta Gili, directrice du Jeu de Paume ; de Jean-Paul Bessières-Orsoni, directeur de l’agence photographique de la RMN ; d’Odile d’Harcourt, responsable du service commercial de l’agence photographique de la RMN et de Matthieu Rivallin, chargé d’études documentaires à la médiathèque. Côté donateurs, en plus de Bruno Réquillart, les représentants des fonds Marcel Bovis et Denise Colomb participaient à la réunion ainsi que Françoise Denoyelle pour l’APFP.

Parmi les points soulevés figuraient l’état d’avancement des inventaires, la succession Roger Parry toujours pas réglée, le bilan et la fréquentation des expositions patrimoniales – Jeu de Paume et Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine -, la diffusion commerciale, l’état d’avancement de la base AraGo actuellement financée jusqu’à la fin de l’année 2015, la non réunion de la commission des dons et legs officiellement par manque de propositions de donations à la Mission de la Photographie et la non réunion de la commission de conservation. Le transfert des fonds photographiques de l’ex Patrimoine photographique vers le site de Charenton-le-Pont est retardé. Aucune date précise n’a pu être communiquée en raison d’un problème de température trop élevée par rapport au cahier des charges initial.

Rapport commandé le 2 février 2014 par la ministre de la Culture et de la Communication portant sur l’organisation actuelle de la politique en faveur de la photographie au sein de son ministère.

Ce rapport intéressait particulièrement les donateurs puisqu’il était stipulé dans la lettre de mission que « les hypothèses de réforme proposées devront en toute priorité : garantir la relation entre l’État, les donateurs et leurs ayants droit ». Comme déjà indiqué lors de notre dernière lettre, la présidente de l’APFP avait été entendue par les deux rapporteurs. Ce rapport devait être rendu le 15 juin 2014. À ce jour et à notre connaissance, le ministère n’a procédé à aucune communication quant aux conclusions de cette étude.

Alerte sur le devenir du patrimoine photographique français.

Lors d’une Journée d’Étude au Jeu de Paume consacrée au photojournalisme, le 18 octobre 2014, le devenir des fonds de reporters photographes était au cœur des débats. Plusieurs solutions ont été évoquées. Pour René Burri, le fonds est parti en Suisse, à Lausanne. Une partie des archives et du fonds de John Morris se trouve désormais dans des universités américaines. Concernant Gilles Caron, les ayants droit ont constitué une fondation en Suisse. C’est aussi le projet de Patrick Chauvel qui a fondé une association de préfiguration. Beaucoup de photographes s’interrogent sur la conservation, la diffusion et l’étude de leur fonds. Rappelons que la solution de la création d’une fondation suisse répond à des critères essentiellement financiers, son coût est tout à fait abordable, mais ce choix repose sur des structures fragiles et n’assure en aucun cas la pérennité de l’œuvre.

Dans son prochain courrier, l’APFP fera le point sur les options qui s’offrent aux photographes quant au devenir de leur fonds.

Reste la question la plus critique, la disparition d’une salle d’exposition permanente pour la photographie patrimoniale à Paris. En 2014, alors que la capitale s’est affirmée une nouvelle fois comme l’un des premiers marchés mondiaux de la photographie avec les événements conjugués de Paris/Photo et du Mois de la Photo, nous attendons toujours la salle que le ministère de la Culture et de la Communication s’était engagé à mettre à disposition (Christine Albanel, Frédéric Mitterrand) pour remplacer celle de l’Hôtel de Sully fermée en janvier 2010.

Le succès de la Journée d’Étude du 3 avril 2014[1] consacrée aux politiques d’enrichissement patrimonial démontre que les structures et personnel publics existent ; seule une volonté manque.

Pour bien commencer l’année et pour ceux qui ne l’ont pas encore fait, nous vous joignons un bulletin pour reconduire votre adhésion. C’est parce qu’elle est forte de plus de 300 adhérents que l’APFP peut poursuivre son action en faveur des fonds photographiques et maintenir son rôle d’interlocuteur incontournable auprès de l’État ou tout autre acteur public. Votre soutien est plus que jamais indispensable.

Pour le bureau de l’APFP :

Françoise Denoyelle, Véronique Figini.

 

 

 

PS : En 2014, l’AFPF a eu la grande tristesse de perdre deux de ses membres éminents, Dominique Darbois et Lucien Clergue, qui l’avaient rejointe et soutenue, dès la fondation de l’association dans sa version initiale en 2004. L’APFP, en la personne de Françoise Denoyelle, était présente lors des hommages qui leur ont été rendus et de nombreux membres de l’association ont rendu un dernier

[1] Voir http://www.ens-louis-lumiere.fr/formation/recherche/actualites/au-fil-de-leau/3-avril-2014-journee-detude-letat-et-le-patrimoine-photographique.html.

Publicités
Cet article a été publié dans Courriers aux adhérents. Ajoutez ce permalien à vos favoris.