Communiqué de presse. Arles, le 9 juillet 2015. 11 ans de combat !

  • Les donations : un bilan

Après dix ans de demandes répétées et d’incessantes interventions de l’APFP ainsi que d’efforts du personnel de la médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine (MAPA), le processus de régularisation des donations a enfin abouti et les inventaires sont terminés (RENÉ-JACQUES, François KOLLAR, Daniel BOUDINET, Thérèse LE PRAT, Bruno RÉQUILLART, Denise COLOMB, Michael KENNA, Sam LÉVIN). Les donations Marcel BOVIS et Amélie GALUP sont confirmées en l’état. Comme prévu dans les actes de donations, reste à régler le déménagement des fonds sur le site de Charenton-le-Pont dont les travaux d’aménagement connaissent de nouveaux retards

  • La salle d’exposition permanente à Paris : un manque criant

La salle accueillant les expositions patrimoniales à l’Hôtel de Sully, fermée en janvier 2010, n’a pas été remplacée. L’APFP est une nouvelle fois intervenue lors du comité des donateurs du lundi 8 décembre 2014. Il ne suffit pas de dire que l’on cherche une salle pour la trouver. A ce jour, il n’y a plus de lieu permanent à Paris pour accueillir la photographie patrimoniale. Rappelons que la salle au Château de Tours qui a été présentée comme salle de substitution n’est pas aux normes muséales et ne peut accueillir que des tirages modernes. Pourtant la photographie attire toujours un large public. Parmi les 30 expositions parisiennes les plus visitées en 2014[1], cinq d’entre elles concernent des photographes dont les œuvres relèvent majoritairement de la photographie patrimoniale (Erwin Blumenfeld, Henri Cartier-Bresson, David Lynch/Joan Fontcuberta, Robert Mapplethorpe/Rodin et Garry Winogrand). Comment expliquer le manque d’intérêt récurrent du ministère de la Culture et de la Communication ?

  • Le rapport commandé le 2 février 2014 par la ministre de la Culture et de la Communication portant sur l’organisation actuelle de la politique en faveur de la photographie au sein de son ministère.

Ce rapport intéressait particulièrement les donateurs puisqu’il était stipulé dans la lettre de mission que « les hypothèses de réforme proposées devront en toute priorité : garantir la relation entre l’État, les donateurs et leurs ayants droit ». Ce rapport a été rendu en 2014. À ce jour et à notre connaissance, le ministère n’a procédé à aucune communication quant aux conclusions de cette étude

 

[1] http://abonnes.lemonde.fr/arts/article/2014/12/31/le-top-30-des-expos-les-plus-vues-en-2014-a-paris_4547907_1655012.html.

 

 

 

 

Publicités
Cet article a été publié dans Communiqués de presse. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s