Courrier n°23 du 26 décembre 2015.« Favoriser la création et la diffusion des oeuvres ainsi que leur conservation[1] ». Qu’en est-il ?

Chers amis et adhérents,

Bilan de l’année 2015

Rencontres d’Arles 2015 : Annonce de la création d’un Conseil national des professions de la photographie.

Pour la première fois, une ministre de la Culture et de la Communication du gouvernement de Manuel Vals est venue à la rencontre des professionnels et du public lors de l’ouverture des Rencontres d’Arles, le 6 juillet 2015, pour exposer sa politique en faveur de la photographie, mais ces derniers n’ont pu poser aucune question.

La Ministre déclare, entre autres :

L’autre grand objectif de la politique publique, c’est de favoriser la création et la diffusion des œuvres ainsi que leur conservation. Le ministère de la Culture et de la Communication et ses établissements doivent mieux se coordonner, non sur l’ensemble de leurs actions, mais sur des points précis dont je ne citerai que quelques exemples :

 – l’organisation des politiques de sauvegarde et d’enrichissement.

 – les préconisations en matière de conservation, d’archivage, de structuration des traitements documentaires, d’usages des métadonnées.

 Ce travail doit être mené au sein du ministère, en y associant, avec leur accord, d’autres institutions publiques et privées qui trouveraient un intérêt à contribuer et à partager ces travaux. 

 C’est pour cela que, dans la poursuite des réflexions que nous avons engagées, je souhaite créer une instance de dialogue et de consultation qui me permette d’échanger avec vous (…). Ce conseil national des professions de la photographie pourra s’emparer de sujets qui me tiennent à cœur et qui me préoccupent.

Après le Conseil supérieur de la Photographie mis en place pour une seule séance par le ministre Donnedieu de Vabres, en 2006,

après plus d’une dizaine de réunions rassemblant près de 60 personnes qualifiées, fin du deuxième trimestre 2010, à l’initiative de Frédéric Mitterrand,

après la réunion du 7 février 2011[2],

après le rapport sur « l’organisation actuelle sur la politique en faveur de la photographie au sein du Ministère de la Culture et de la Communication[3] », en juin 2014 – rapport jamais communiqué au public -,

après l’étude commandée au cabinet Ithaque par le département des études, de la prospective et des statistiques du ministère de la Culture et de la Communication sur le métier de photographe,

les problèmes sont largement repérés, des solutions avancées…

Une nouvelle commission, comme il est trop souvent d’usage de mettre en place en France pour feindre de résoudre un problème, est-elle nécessaire[4] ? Quand verrons-nous la mise en œuvre effective d’une réelle politique ?

 

Paroles, paroles…

  • uUn nouvelle fois, l’APFP a dû rappeler au ministère ses obligations : convoquer la réunion annuelle du comité des donateurs et ayants droit de l’ex Patrimoine photographique. Ce qui n’a pas été fait. C’est pourtant l’unique réunion où les représentants des donations échangent avec les responsables des institutions (Agence photographique de la RMN, Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine et Jeu de Paume) en charge de la conservation et de la diffusion des fonds photographiques.
  • Le déménagement des collections de l’ex Patrimoine photographique sur le site de Charenton-le-Pont (comme stipulé dans les actes de donations) était programmé initialement pour décembre 2011[5], puis fin 2012. Ils ne sont toujours pas réceptionnés en raison d’un problème de température trop élevée par rapport au cahier des charges initial[6].
  • L’intérêt du ministère pour le patrimoine photographique ne va pas jusqu’à lui rendre une salle d’exposition permanente ; salle dont il disposait jusqu’en décembre 2009[7].

 

… mais

  • Le nouveau directeur de la médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine (MAP), Gilles Désiré dit Gosset, a enfin mis en place un véritable département de la Photographie, comme nous le demandions depuis plus de dix ans ! Mathilde Falguières, conservateur du Patrimoine, en a pris la responsabilité.
  • En collaboration avec la médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine (Matthieu Rivallin), la maison Robert Doisneau à Gentilly (Michaël Houlette) a créé et présenté l’exposition « Marcel Bovis 6 X 6 », l’un des donateurs de l’ex Patrimoine photographique[8].
  • À la demande des exécuteurs testamentaires, le belvédère de Belleville a pris le nom de « Belvédère Willy Ronis[9]» (face au 24 de la rue Piat, Paris 20ème). Il a été inauguré par la Maire de Paris, le 16 septembre 2015.
  • Les Archives nationales (Sandrine Bula) et la Mission de la Photographie (Daniel Barroy et Isabelle-Cécile Le Mée) ont organisé deux Journées d’Etudes aux AN consacrées aux « Archives photographiques de presse », les 24 et 25 novembre 2015 (Voir programme sur le blog apfpphoto.com).

 

  • Dons, legs, … des ouvertures :

– Notre courrier d’avril 2015 « Que faire de son fonds photographique ? » (disponible sur le blog de l’APFP) a reçu un accueil très positif et plusieurs adhérents nous ont fait part de leurs interrogations et de leurs propositions. Elles seront soumises à la prochaine          assemblée générale de l’association.

– Le Bar Floréal, le plus ancien des collectifs de photographes qui allait fêter ses 30 ans  d’existence[10] a dû mettre fin à ses activités pour des raisons économiques. La Bibliothèque nationale de France et la médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine (MAP), conscientes de l’intérêt historique, se sont très rapidement mobilisées pour sauvegarder un fonds de tirages photographiques et des archives (publications et affiches). La MAP a  pris en charge toutes les archives économiques.

Le bureau de l’APFP vous présente ses vœux les plus lumineux pour l’année 2016.

[1] Discours de Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, Arles, 6 juillet 2015.

[2] Voir courrier de l’ADIDAEPP n°15 du 20 mars 2011.

[3] Rapport n° 2014-13 réalisé par les inspecteurs généraux des affaires culturelles, Marie-Claude VITOUX et Bernard NOTARI.

[4] Depuis l’annonce, le ministère ne communique aucune information.

[5] Voir le communiqué de presse de l’ADIDAEPP, 7 juillet 2011.

[6] Voir Courrier de l’APFP n° 22 du 23 janvier 2015.

[7] Voir Courrier de l’ADIDAEPP n°11 du 10 mai 2009.

[8] Un catalogue aux éditions Tumuult (Berlin) accompagnait l’exposition.

[9] Willy RONIS compte parmi les donateurs de l’ex Patrimoine photographique.

[10] Une vingtaine de photographes a été associée à l’histoire du Bar Floréal.

Publicités
Cet article a été publié dans Courriers aux adhérents. Ajoutez ce permalien à vos favoris.