Rencontre avec Jérôme Bouvier du Ministère de la Culture et de la Communication

Après une période de dialogue distendu avec la Mission de la Photographie, l’APFP renoue des relations constructives avec le Ministère de la Culture et de la Communication. Mardi 15 mars 2016, Françoise Denoyelle et Véronique Figini ont échangé longuement avec Jérôme Bouvier, conseiller chargé des métiers de la presse et de l’information, de l’éducation aux médias, de la diversité et de la citoyenneté auprès de la Ministre de la Culture et de la Communication. Le compte-rendu détaillé de la réunion paraîtra dans le prochain courrier de l’APFP.

Publicités
Publié dans Agenda | Laisser un commentaire

Rencontre avec Gilles Désiré dit Gosset, directeur de la MAP

La présidente de l’APFP, Françoise Denoyelle, ainsi que la trésorière, Véronique Figini, ont été longuement reçues, lundi 8 février 2016, par Gilles Désiré dit Gosset, directeur de la Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine. Concernant les projets de la MAP (Donations à venir, valorisation des fonds photographiques, développement de la recherche, etc.), un échange très fructueux a eu lieu. Un compte-rendu détaillé sera publié dans le prochain courrier de l’APFP.

Publié dans Agenda | Laisser un commentaire

Hommage au photographe Frédéric BARZILAY

Par son épouse, nous avons appris, avec une profonde tristesse, le décès du photographe Frédéric Barzilay survenu le 30 octobre 2015.

Né à Salonique en 1917, il arrive en France en 1927 et réalise ses premiers travaux photographiques en 1936. Après avoir été l’assistant d’Harry Meerson, il entame une carrière de fonctionnaire international pour l’UNESCO (1953-1977). Sa première exposition a lieu à la Société française de Photographie, en 1960.

Son oeuvre est surtout connue pour ses nus et ses publications :

  • Les corps illuminés, texte de Pieyre de Mandiargues, photographies de Frédéric Barzilay, Paris, Mercure de France, 1965.
  • Tendre Parcours, texte de julio Cortazar, photographies de Frédéric Barzilay, Paris, Daniel et Cie, 1977.

En 2005, le musée Carnavalet organise une exposition « Trois photographes humanistes : Frédéric Barzilay, Lucien Hervé, Willy Ronis ». Cette même année,  il confie à l’IMEC (Institut Mémoires de l’édition contemporaine à Caen) une partie de son fonds (négatifs et une sélection de tirages et de correspondances). Cette dernière organise une rétrospective de son oeuvre ainsi qu’une publication d’un ouvrage.

Publié dans Hommages | Laisser un commentaire

Courrier n°23 du 26 décembre 2015.« Favoriser la création et la diffusion des oeuvres ainsi que leur conservation[1] ». Qu’en est-il ?

Chers amis et adhérents,

Bilan de l’année 2015

Rencontres d’Arles 2015 : Annonce de la création d’un Conseil national des professions de la photographie.

Pour la première fois, une ministre de la Culture et de la Communication du gouvernement de Manuel Vals est venue à la rencontre des professionnels et du public lors de l’ouverture des Rencontres d’Arles, le 6 juillet 2015, pour exposer sa politique en faveur de la photographie, mais ces derniers n’ont pu poser aucune question.

La Ministre déclare, entre autres :

L’autre grand objectif de la politique publique, c’est de favoriser la création et la diffusion des œuvres ainsi que leur conservation. Le ministère de la Culture et de la Communication et ses établissements doivent mieux se coordonner, non sur l’ensemble de leurs actions, mais sur des points précis dont je ne citerai que quelques exemples :

 – l’organisation des politiques de sauvegarde et d’enrichissement.

 – les préconisations en matière de conservation, d’archivage, de structuration des traitements documentaires, d’usages des métadonnées.

 Ce travail doit être mené au sein du ministère, en y associant, avec leur accord, d’autres institutions publiques et privées qui trouveraient un intérêt à contribuer et à partager ces travaux. 

 C’est pour cela que, dans la poursuite des réflexions que nous avons engagées, je souhaite créer une instance de dialogue et de consultation qui me permette d’échanger avec vous (…). Ce conseil national des professions de la photographie pourra s’emparer de sujets qui me tiennent à cœur et qui me préoccupent.

Après le Conseil supérieur de la Photographie mis en place pour une seule séance par le ministre Donnedieu de Vabres, en 2006,

après plus d’une dizaine de réunions rassemblant près de 60 personnes qualifiées, fin du deuxième trimestre 2010, à l’initiative de Frédéric Mitterrand,

après la réunion du 7 février 2011[2],

après le rapport sur « l’organisation actuelle sur la politique en faveur de la photographie au sein du Ministère de la Culture et de la Communication[3] », en juin 2014 – rapport jamais communiqué au public -,

après l’étude commandée au cabinet Ithaque par le département des études, de la prospective et des statistiques du ministère de la Culture et de la Communication sur le métier de photographe,

les problèmes sont largement repérés, des solutions avancées…

Une nouvelle commission, comme il est trop souvent d’usage de mettre en place en France pour feindre de résoudre un problème, est-elle nécessaire[4] ? Quand verrons-nous la mise en œuvre effective d’une réelle politique ?

 

Paroles, paroles…

  • uUn nouvelle fois, l’APFP a dû rappeler au ministère ses obligations : convoquer la réunion annuelle du comité des donateurs et ayants droit de l’ex Patrimoine photographique. Ce qui n’a pas été fait. C’est pourtant l’unique réunion où les représentants des donations échangent avec les responsables des institutions (Agence photographique de la RMN, Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine et Jeu de Paume) en charge de la conservation et de la diffusion des fonds photographiques.
  • Le déménagement des collections de l’ex Patrimoine photographique sur le site de Charenton-le-Pont (comme stipulé dans les actes de donations) était programmé initialement pour décembre 2011[5], puis fin 2012. Ils ne sont toujours pas réceptionnés en raison d’un problème de température trop élevée par rapport au cahier des charges initial[6].
  • L’intérêt du ministère pour le patrimoine photographique ne va pas jusqu’à lui rendre une salle d’exposition permanente ; salle dont il disposait jusqu’en décembre 2009[7].

 

… mais

  • Le nouveau directeur de la médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine (MAP), Gilles Désiré dit Gosset, a enfin mis en place un véritable département de la Photographie, comme nous le demandions depuis plus de dix ans ! Mathilde Falguières, conservateur du Patrimoine, en a pris la responsabilité.
  • En collaboration avec la médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine (Matthieu Rivallin), la maison Robert Doisneau à Gentilly (Michaël Houlette) a créé et présenté l’exposition « Marcel Bovis 6 X 6 », l’un des donateurs de l’ex Patrimoine photographique[8].
  • À la demande des exécuteurs testamentaires, le belvédère de Belleville a pris le nom de « Belvédère Willy Ronis[9]» (face au 24 de la rue Piat, Paris 20ème). Il a été inauguré par la Maire de Paris, le 16 septembre 2015.
  • Les Archives nationales (Sandrine Bula) et la Mission de la Photographie (Daniel Barroy et Isabelle-Cécile Le Mée) ont organisé deux Journées d’Etudes aux AN consacrées aux « Archives photographiques de presse », les 24 et 25 novembre 2015 (Voir programme sur le blog apfpphoto.com).

 

  • Dons, legs, … des ouvertures :

– Notre courrier d’avril 2015 « Que faire de son fonds photographique ? » (disponible sur le blog de l’APFP) a reçu un accueil très positif et plusieurs adhérents nous ont fait part de leurs interrogations et de leurs propositions. Elles seront soumises à la prochaine          assemblée générale de l’association.

– Le Bar Floréal, le plus ancien des collectifs de photographes qui allait fêter ses 30 ans  d’existence[10] a dû mettre fin à ses activités pour des raisons économiques. La Bibliothèque nationale de France et la médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine (MAP), conscientes de l’intérêt historique, se sont très rapidement mobilisées pour sauvegarder un fonds de tirages photographiques et des archives (publications et affiches). La MAP a  pris en charge toutes les archives économiques.

Le bureau de l’APFP vous présente ses vœux les plus lumineux pour l’année 2016.

[1] Discours de Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, Arles, 6 juillet 2015.

[2] Voir courrier de l’ADIDAEPP n°15 du 20 mars 2011.

[3] Rapport n° 2014-13 réalisé par les inspecteurs généraux des affaires culturelles, Marie-Claude VITOUX et Bernard NOTARI.

[4] Depuis l’annonce, le ministère ne communique aucune information.

[5] Voir le communiqué de presse de l’ADIDAEPP, 7 juillet 2011.

[6] Voir Courrier de l’APFP n° 22 du 23 janvier 2015.

[7] Voir Courrier de l’ADIDAEPP n°11 du 10 mai 2009.

[8] Un catalogue aux éditions Tumuult (Berlin) accompagnait l’exposition.

[9] Willy RONIS compte parmi les donateurs de l’ex Patrimoine photographique.

[10] Une vingtaine de photographes a été associée à l’histoire du Bar Floréal.

Publié dans Courriers aux adhérents

Communiqué de presse. Arles, le 9 juillet 2015. 11 ans de combat !

  • Les donations : un bilan

Après dix ans de demandes répétées et d’incessantes interventions de l’APFP ainsi que d’efforts du personnel de la médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine (MAPA), le processus de régularisation des donations a enfin abouti et les inventaires sont terminés (RENÉ-JACQUES, François KOLLAR, Daniel BOUDINET, Thérèse LE PRAT, Bruno RÉQUILLART, Denise COLOMB, Michael KENNA, Sam LÉVIN). Les donations Marcel BOVIS et Amélie GALUP sont confirmées en l’état. Comme prévu dans les actes de donations, reste à régler le déménagement des fonds sur le site de Charenton-le-Pont dont les travaux d’aménagement connaissent de nouveaux retards

  • La salle d’exposition permanente à Paris : un manque criant

La salle accueillant les expositions patrimoniales à l’Hôtel de Sully, fermée en janvier 2010, n’a pas été remplacée. L’APFP est une nouvelle fois intervenue lors du comité des donateurs du lundi 8 décembre 2014. Il ne suffit pas de dire que l’on cherche une salle pour la trouver. A ce jour, il n’y a plus de lieu permanent à Paris pour accueillir la photographie patrimoniale. Rappelons que la salle au Château de Tours qui a été présentée comme salle de substitution n’est pas aux normes muséales et ne peut accueillir que des tirages modernes. Pourtant la photographie attire toujours un large public. Parmi les 30 expositions parisiennes les plus visitées en 2014[1], cinq d’entre elles concernent des photographes dont les œuvres relèvent majoritairement de la photographie patrimoniale (Erwin Blumenfeld, Henri Cartier-Bresson, David Lynch/Joan Fontcuberta, Robert Mapplethorpe/Rodin et Garry Winogrand). Comment expliquer le manque d’intérêt récurrent du ministère de la Culture et de la Communication ?

  • Le rapport commandé le 2 février 2014 par la ministre de la Culture et de la Communication portant sur l’organisation actuelle de la politique en faveur de la photographie au sein de son ministère.

Ce rapport intéressait particulièrement les donateurs puisqu’il était stipulé dans la lettre de mission que « les hypothèses de réforme proposées devront en toute priorité : garantir la relation entre l’État, les donateurs et leurs ayants droit ». Ce rapport a été rendu en 2014. À ce jour et à notre connaissance, le ministère n’a procédé à aucune communication quant aux conclusions de cette étude

 

[1] http://abonnes.lemonde.fr/arts/article/2014/12/31/le-top-30-des-expos-les-plus-vues-en-2014-a-paris_4547907_1655012.html.

 

 

 

 

Publié dans Communiqués de presse | Laisser un commentaire

Conférence de presse de l’APFP. Arles, le jeudi 9 juillet 2015.

ARLES, JEUDI 9 JUILLET 2015 à 10h30

Cour de l’Archevêché

– Entrée libre –

Héritière de l’expérience et des résultats obtenus par l’ADIDAEPP (Association de Défense des Intérêts des Donateurs et Ayants-droit de l’Ex Patrimoine Photographique), l’APFP (Association pour la Promotion des Fonds Photographiques) a pour but d’encourager la sauvegarde, la conservation, la diffusion, l’étude scientifique, la valorisation culturelle et, d’une façon générale, toute action de promotion en faveur des fonds photographiques.

Le jeudi 9 juillet 2015, l’APFP donnera une conférence de presse en présence de Françoise Denoyelle, historienne de la photographie – Présidente ; de Jean-Claude Lemagny (sous réserve), conservateur honoraire à la Bibliothèque nationale de France – Membre du conseil d’administration ; de Bernard Perrine, photographe, journaliste et correspondant de l’Académie des Beaux-Arts – Secrétaire général ; et de Donatien Rousseau, photographe – Secrétaire général adjoint chargé des régions.

Après avoir évoqué les préoccupations des photographes ou de leur famille et le devenir du patrimoine photographique en France, les intervenants dresseront un bilan de la politique du ministère de la Culture et de la Communication et présenteront les actions à venir de l’APFP.

Publié dans Conférences de presse | Laisser un commentaire

Courrier n°22 du 23 janvier 2015. Patrimoine photographique, une année 2014 sans avancée notoire.

Chers amis et adhérents,

L’APFP vous présente ses meilleurs vœux pour 2015.

Compte-rendu de la conférence de presse annuelle à Arles.

L’APFP a tenu sa conférence de presse le jeudi 10 juillet 2014, dans la Cour de L’Archevêché, lors des Rencontres de la Photographie, à Arles en présence de Françoise Denoyelle, historienne de la photographie – Présidente – ; de Jean-Claude Lemagny, conservateur honoraire à la Bibliothèque nationale de France – Membre du conseil d’administration – ; de Bernard Perrine, photographe, journaliste et correspondant de l’Académie des Beaux-Arts – Secrétaire général – ; et de Donatien Rousseau, photographe – Secrétaire général adjoint chargé des régions -.

L’association a fait le bilan de son activité annuelle. Des journalistes, des adhérents et des festivaliers étaient présents, mais cette année aucun représentant du ministère de la Culture et de la Communication ne figurait parmi l’assemblée contrairement aux années précédentes.

Réunion du comité des donateurs de l’ex Patrimoine photographique

Suite à une relance de l’AFPF, le comité des donateurs de l’ex Patrimoine photographique s’est réuni à la médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine, le lundi 8 décembre 2014, en présence, entre autres, de Daniel Barroy, chef de la mission de la Photographie (ministère de la Culture et de la Communication) ; d’Isabelle Le Mée, responsable scientifique de la Mission de la Photographie ; de Jean-Daniel Pariset, ancien directeur de la médiathèque ; de son remplaçant, Gilles Désiré dit Gosset ; de Marta Gili, directrice du Jeu de Paume ; de Jean-Paul Bessières-Orsoni, directeur de l’agence photographique de la RMN ; d’Odile d’Harcourt, responsable du service commercial de l’agence photographique de la RMN et de Matthieu Rivallin, chargé d’études documentaires à la médiathèque. Côté donateurs, en plus de Bruno Réquillart, les représentants des fonds Marcel Bovis et Denise Colomb participaient à la réunion ainsi que Françoise Denoyelle pour l’APFP.

Parmi les points soulevés figuraient l’état d’avancement des inventaires, la succession Roger Parry toujours pas réglée, le bilan et la fréquentation des expositions patrimoniales – Jeu de Paume et Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine -, la diffusion commerciale, l’état d’avancement de la base AraGo actuellement financée jusqu’à la fin de l’année 2015, la non réunion de la commission des dons et legs officiellement par manque de propositions de donations à la Mission de la Photographie et la non réunion de la commission de conservation. Le transfert des fonds photographiques de l’ex Patrimoine photographique vers le site de Charenton-le-Pont est retardé. Aucune date précise n’a pu être communiquée en raison d’un problème de température trop élevée par rapport au cahier des charges initial.

Rapport commandé le 2 février 2014 par la ministre de la Culture et de la Communication portant sur l’organisation actuelle de la politique en faveur de la photographie au sein de son ministère.

Ce rapport intéressait particulièrement les donateurs puisqu’il était stipulé dans la lettre de mission que « les hypothèses de réforme proposées devront en toute priorité : garantir la relation entre l’État, les donateurs et leurs ayants droit ». Comme déjà indiqué lors de notre dernière lettre, la présidente de l’APFP avait été entendue par les deux rapporteurs. Ce rapport devait être rendu le 15 juin 2014. À ce jour et à notre connaissance, le ministère n’a procédé à aucune communication quant aux conclusions de cette étude.

Alerte sur le devenir du patrimoine photographique français.

Lors d’une Journée d’Étude au Jeu de Paume consacrée au photojournalisme, le 18 octobre 2014, le devenir des fonds de reporters photographes était au cœur des débats. Plusieurs solutions ont été évoquées. Pour René Burri, le fonds est parti en Suisse, à Lausanne. Une partie des archives et du fonds de John Morris se trouve désormais dans des universités américaines. Concernant Gilles Caron, les ayants droit ont constitué une fondation en Suisse. C’est aussi le projet de Patrick Chauvel qui a fondé une association de préfiguration. Beaucoup de photographes s’interrogent sur la conservation, la diffusion et l’étude de leur fonds. Rappelons que la solution de la création d’une fondation suisse répond à des critères essentiellement financiers, son coût est tout à fait abordable, mais ce choix repose sur des structures fragiles et n’assure en aucun cas la pérennité de l’œuvre.

Dans son prochain courrier, l’APFP fera le point sur les options qui s’offrent aux photographes quant au devenir de leur fonds.

Reste la question la plus critique, la disparition d’une salle d’exposition permanente pour la photographie patrimoniale à Paris. En 2014, alors que la capitale s’est affirmée une nouvelle fois comme l’un des premiers marchés mondiaux de la photographie avec les événements conjugués de Paris/Photo et du Mois de la Photo, nous attendons toujours la salle que le ministère de la Culture et de la Communication s’était engagé à mettre à disposition (Christine Albanel, Frédéric Mitterrand) pour remplacer celle de l’Hôtel de Sully fermée en janvier 2010.

Le succès de la Journée d’Étude du 3 avril 2014[1] consacrée aux politiques d’enrichissement patrimonial démontre que les structures et personnel publics existent ; seule une volonté manque.

Pour bien commencer l’année et pour ceux qui ne l’ont pas encore fait, nous vous joignons un bulletin pour reconduire votre adhésion. C’est parce qu’elle est forte de plus de 300 adhérents que l’APFP peut poursuivre son action en faveur des fonds photographiques et maintenir son rôle d’interlocuteur incontournable auprès de l’État ou tout autre acteur public. Votre soutien est plus que jamais indispensable.

Pour le bureau de l’APFP :

Françoise Denoyelle, Véronique Figini.

 

 

 

PS : En 2014, l’AFPF a eu la grande tristesse de perdre deux de ses membres éminents, Dominique Darbois et Lucien Clergue, qui l’avaient rejointe et soutenue, dès la fondation de l’association dans sa version initiale en 2004. L’APFP, en la personne de Françoise Denoyelle, était présente lors des hommages qui leur ont été rendus et de nombreux membres de l’association ont rendu un dernier

[1] Voir http://www.ens-louis-lumiere.fr/formation/recherche/actualites/au-fil-de-leau/3-avril-2014-journee-detude-letat-et-le-patrimoine-photographique.html.

Publié dans Courriers aux adhérents